Genèse du projet

C'est le jeudi 4 juin 1998 au soir, pendant une conférence rassemblant 2800 membres de l’Eglise de la région parisienne et du nord de la France, dans la salle des Pyramides à Port Marly (78), que Gordon B. Hinckley, président mondial de l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, annonce le projet d'un temple en France, en région parisienne.

Les recherches en vue de trouver un terrain pour accueillir ce temple commencent dans l’ouest de Paris. Un premier terrain est trouvé sur la colline de Saint-Cloud, puis un second accolé au premier. Mais cet ensemble s’avère cependant trop petit et inadapté. Le projet doit finalement être abandonné sur ce site malgré notre volonté de l’adapter à la surface limitée du terrain.

Les recherches continuent. Plusieurs terrains dans la région parisienne sont envisagés sans succès.

De grandes agences immobilières prospectent pour nous. Ainsi, en 2005, un vaste terrain nous est proposé dans la commune de Villepreux (dans la plaine de Versailles) et une promesse de vente est signée. Cette propriété comprend 90 % de terres agricoles que l’Eglise s’engage à revendre aux agriculteurs locaux. L’Eglise travaille avec la municipalité pour la préparation du permis de construire, des réunions d’information sont organisées dans les 5 « quartiers » de la ville. Tout ce travail prend beaucoup de temps, et finalement en décembre 2007, la promesse de vente est rompue par le propriétaire qui a reçu entre temps une autre proposition pour cette propriété.

De nouveau, les recherches reprennent.

Ainsi, en 2009, un terrain à vendre, sur lequel se trouvent des immeubles de bureaux dont le bail vient à échéance, nous est proposé sur la commune du Chesnay (78). Une demande de permis de construire est déposée en mairie. Il sera accordé le 27 octobre 2011.

Les premiers travaux débutent à l'été 2012, pendant plusieurs mois le désamiantage des bâtiments existants est effectué, avant de pouvoir procéder à leur démolition. En 2013, le sol est préparé, et les fondations sont posées.